On entend de plus en plus le terme de Slow Fashion sans pourtant réellement le comprendre. Quand on pose la question « qu’est-ce que la Slow Fashion », toutes les réponses sont différentes. S’ensuit alors un long débat où chacun y va de sa théorie. Rien à faire, impossible d’obtenir une définition de la Slow Fashion. Le mystère plane toujours autour de ce terme qui est pourtant une petite révolution !

Remettons les pendules à l’heure et les points sur les i : on vous explique le concept de Slow Fashion pour qu’il n’y ait plus d’excuses et de débats inutiles !

Qu’est-ce que la Slow Fashion ?

La Slow Fashion c’est un mode de production et de consommation du textile plus local pour certains, avec des matières écologiques pour d’autres. C’est aussi une simple tendance mode pour les plus sceptiques et un phénomène révolutionnaire pour les plus enthousiastes… Et si en fait la Slow Fashion c’était tout ça en même temps ?

Ralentir la consommation

Comme son nom l’indique, la Slow Fashion consiste principalement à ralentir le rythme frénétique de la production textile. Ce concept s’inscrit donc en totale opposition avec la Fast Fashion.Fashion RevolutionL’industrie textile étant aujourd’hui la deuxième industrie la plus polluante au monde (derrière l’indétrônable industrie pétrolière), des consciences se sont éveillées et ont décidé de changer les choses !

Alors qu’il y a encore quelques décennies les nouvelles collections arrivaient au grès des saisons, elles sont aujourd’hui en perpétuel renouvellement. Dans certaines grandes marques de la Fast Fashion, il est impossible de trouver les mêmes vêtements d’une semaine à l’autre.

La Slow Fashion lutte donc contre l’obsolescence programmée de nos vêtements en privilégiant la qualité à la quantité. L’enjeu est de fabriquer en moins grande quantité des vêtements intemporels et solides pour qu’ils durent davantage, voire même qu’ils traversent les générations. Une idée de génie !

Consommer local

Le premier pas vers une mode plus éthique et respectueuse de l’environnement, c’est la production locale ! Bien que la production de certains matériaux (tel que le coton) soit encore difficile en France, certains créateurs ont fait le pari du « Made In France ».

Pour le consommateur les avantages sont multiples : transparence totale sur les conditions de production du produit, possibilité de retracer l’histoire du vêtement (de la transformation de la matière première jusqu’au produit final), garantie de qualité et de durabilité du vêtement, etc.

Malgré les contraintes d’approvisionnement des matières premières et de coût de la main d’œuvre, le Made In France devient un critère important pour beaucoup de consommateurs.

Respecter la nature

Face aux dégâts écologiques engendrés par l’industrie textile, de nombreuses initiatives et innovations ont vu le jour. Le Slow Fashion Movement a pour objectif de faire prendre conscience aussi bien aux producteurs qu’aux consommateurs que notre mode de consommation actuel est une véritable ruine pour la planète.marques de Slow fashion

90% du coton utilisé dans l’industrie textile provient de cultures OGM et la production d’un simple jean consomme 6800 L d’eau. Mais attention. L’industrie de la mode ne se contente pas de « boire » un volume d’eau faramineux : elle la pollue aussi ! Bon nombre d’usines déversent leurs produits chimiques dans les rivières, en toute impunité. Et tout ça pour que le consommateur ne porte qu’en moyenne 30% de sa garde-robe. Le reste des vêtements reste au fond du placard, termine à la poubelle ou, dans le meilleur des cas, est recyclé.

La Slow Fashion regroupe donc toutes les alternatives textiles plus respectueuse de l’environnement. Le mouvement regroupe les initiatives de recyclage textile, la location de vêtements, la création à partir de matières premières moins polluantes et moins énergivores, la fabrication de vêtements écologiques, etc.

Bien entendu, il est hors de question d’y inclure les tentatives de greenwashing des grandes marques de Fast Fashion.

Respecter l’humain

Face à l’opacité du système de production de la Fast Fashion, de plus en plus de consommateurs exigent une transparence totale sur toutes les étapes de production des vêtements. Et donc un droit de regard sur les conditions de travail des employés. Progressivement, une sorte de code de conduite, une charte éthique tacite est imposée aux entreprises pour s’assurer que les travailleurs sont bien traités.

On a tous en tête l’effondrement du Rana Plaza au Bangladesh qui a fait plus de 1000 morts et qui a scandalisé le monde entier.

Conséquences Fast Fashion

Il a fallu une catastrophe de cette ampleur pour que les consommateurs ouvrent les yeux et se rendent compte des coulisses de la production de leurs marques préférées :  des ouvriers sous-payés, entassés dans des bâtiments insalubres plus de 10 heures par jour pour fabriquer nos vêtements en masse et à petits prix. Pour l’industrie de la mode, il s’agit de petites mains qui ont le devoir d’être productives mais qui n’ont aucun droit.

Consternés et concernés, des consommateurs ont lancé la Fashion Revolution et le hashtag #WhoMadeMyClothes. Malgré une volonté de sauver la face, les grandes industries de Fast Fashion sont restées très vagues dans leurs explications quant aux conditions de travail de leurs travailleurs.

La Slow Fashion garantit des conditions de travail respectueuses des travailleurs, mais aussi des vêtements « respectueux » du consommateur. En effet, nos vêtements étant en contact direct avec notre peau, tous les produits chimiques incluent dans leur fabrication sont susceptibles de pénétrer dans notre organisme. Il est donc préférable de choisir des vêtements qui ne cachent pas de mauvaises surprises !définition Slow Fashion

La Slow Fashion en chiffres

Outre le phénomène spontané, la Slow Fashion fait aujourd’hui partie intégrante de la mode. Et pour cause : elle répond à la demande des consommateurs.

Un changement de mentalités

D’après une enquête effectuée en 2013 par l’Institut Français de la Mode (IFM), 33% des consommateurs et consommatrices déclarent vouloir acheter « moins de vêtements, qui durent plus longtemps ».

Cette tendance à la « déconsommation » est facilement constatable dans les statistiques plus récentes de l’IFM. Selon cette étude, 44% des personnes interrogées déclarent avoir acheté moins de vêtements au cours de l’année 2018 que lors des années précédentes.

Slow Fashion movement

Bien que pour 60% d’entre eux cette déconsommation soit contrainte (hausse des prix et arbitrage budgétaire), les 40% restant le font consciemment et par choix. Parmi les raisons évoquées, il y a le souci de « consommer moins mais mieux par souci écologique et éthique ». La preuve que les mœurs évoluent progressivement vers un mode de consommation plus responsable. Dans le combat Slow Fashion vs Fast Fashion, la Slow Fashion gagne du terrain et n’a pas dit son dernier mot.

L’achat de seconde main, une alternative réputée

Une avancée majeure dans les mentalités, c’est aussi la progression des pratiques alternatives comme la location ou l’achat de vêtements d’occasion. En effet, toujours selon l’IFM, 50% des femmes et 35% des hommes déclaraient avoir acheté des vêtements de seconde main.

En 2013, l’accès aux vêtements de seconde main restaient très limité : brocante, troc, vide dressing, etc. Il y a 6 ans, adhérer à la Slow Fashion à Paris, c’était possible. Mais il était largement plus difficile de s’engager vers ce mode de consommation dans d’autres villes plus petites et moins garnies en boutiques et friperies.

Aujourd’hui, le Vintage se digitalise et internet permet d’acheter et vendre des vêtements d’occasion, quelle que soit la zone géographique de l’utilisateur. Il y a par exemple des plateformes de vide-dressing tel que Vinted mais aussi des sites qui rassemblent des friperies professionnelles (gage de qualité et de fiabilité) comme CrushON.

marques Slow Fashion abordables

Le coût de fabrication de vêtements écologiques, éthiques et Made In France est très élevé. Par conséquent, le prix l’est aussi et peut rebuter les consommateurs. Pourtant, il est possible de trouver des marques de Slow Fashion abordables : les friperies et vide dressing ! Une excellente manière de consommer mieux sans se ruiner !