Portée autant pour le confort que pour le style, j’ai d’abord été conçue pour les pratiques sportives avant d’être adoptée par le plus grand nombre. Composée d’une semelle en caoutchouc qui fera mon succès,  j’ai accompagné les plus grands mouvements contestataires aux États-Unis et en Europe. Aujourd’hui, on me porte pour réaliser des tâches quotidiennes en toute simplicité, je suis je suis…

La Sneaker

D’une révolution industrielle ….

Premières chaussures à la semelle flexible, les sneakers ont profité de l’essor du caoutchouc à la fin du 19ème siècle pour se développer au sein des ménages citadins.
Créées en 1916 par la United States Rubber Company et commercialisées sous le nom de la marque Keds en 1917, ces chaussures marquèrent les esprits par leur confort et leur discrétion. Leur appellation “sneaker” vient d’ailleurs de l’expression anglaise “to sneak on” signifiant “s’approcher par surprise”.
La même année, Converse développa la chaussure iconique que nous connaissons tous aujourd’hui : la Chuck Taylor All Star.

… à une révolte libertarienne !

Durant la seconde Guerre Mondiale, la sneaker accompagne les plus grandes figures contestataires de l’époque. Jesse Owens gagne les Jeux Olympiques de 1936 en Allemagne chaussé d’Adidas et devant un Adolph Hitler fou de rage. Et en 1968 à Mexico, Tommie C. Smith et John Carlos lèveront leur poing ganté contre la ségrégation, déchaussés de leur PUMA Suede, symbole de leur appartenance au mouvement des Black Panthers.
Ce sont alors les frères Dassier qui monopolisent le marché de la sneaker avec à leur actif PUMA & Adidas, dont le modèle iconique de la Stan Smith sortira en 1964. Ce n’est qu’en 1972 que Nike les rejoint avec la création de son modèle mythique : la Cortez.

Nike en haut du podium

Nike s’impose très rapidement sur le marché des chaussures de sport. La sortie de sa mythique Air Force One en 1982 raflera le coeur de tous les joueurs de la NBA. Cerise sur le gâteau, en 1984, Nike collabore avec Michael Jordan pour créer une chaussure à son effigie. La petite histoire veut que ces chaussures aient longtemps été interdites sur le terrain pour infraction au code vestimentaire imposé. Afin de voir ses baskets en action sur le terrain, Nike s’engage à payer une amende pour chaque match officiel s’élevant à 5.000€. Un gros coup de pub pour la marque dont la réputation se voit propulsée en haut du podium.

Des podiums à la rue

C’est seulement 80 ans après leur création, dans les années 90, que la sneaker descend dans la rue. Adoptée par la culture Hip Hop, la PUMA chausse les danseurs de breakdance aussi appelés B-Boys. La Superstar d’Adidas chaussera quant à elle le groupe de rap Run D.M.C. qui lui dédiera un titre : “My Adidas”.

Et pour ne pas te laisser en rade, on t’a fait une petite sélection de nos pièces favorites sur CrushON ! 


Alors si tu veux shopper ta paire, viens faire un tour sur CrushON 🙂